Projet 1+1 =, deuxième édition

Pour la deuxième année consécutive, le projet 1+1=, mené dans le cadre du séminaire, est consacré à la notion de cinéma étendu, augmenté, et au multi-écrans. Les étudiants sont ainsi sensibilisés à l’œuvre de certains artistes majeurs tels que Eija-Liisa Ahtila, Christian Marclay, Melik Ohanian, Marie-José Burki, ou encore Abel Gance. Les étudiants doivent réaliser un ou plusieurs dispositifs permettant par la mise en regard, la juxtaposition ou le décalage d’initier un jeu entre les images et le spectateur. Ce dispositif doit impliquer au minimum deux écrans, ou deux médias autonomes.

Le projet de Marie Bergé se décompose entre une performance et l’exposition de son enregistrement. Pour la performance, une forme plongée dans le noir évolue selon un mouvement toujours identique. Cette forme est éclairée une seconde par un minuteur déclenché par le spectateur. Ce qui est visible est donc à chaque fois inédit, le spectateur doit peu à peu recomposer l’entièreté du mouvement. Les dix écrans rendent compte de la diversité de ce jeu d’éclairage.

Marie Bergé, Carré sur ronds, extrait de la performance
Marie Bergé, Carré sur ronds
Marie Bergé, Carré sur ronds, dispositif
Marie Bergé, Carré sur ronds

Pauline Aellen propose un diptyque dans lequel est imagé le clignement de l’œil, œil fermé, œil ouvert. Les scènes sont des plans fixes plus ou moins longs de paysages hivernales dépourvues de présence humaine où rien ne se passe, invitant à la contemplation. Le titre, Last Winter Here, évoque la volonté de garder en mémoire un endroit que l’on va quitter.

Pauline Aellen, Last Winter Here, extrait
Pauline Aellen, Last Winter Here
Pauline Aellen, Last Winter Here, dispositif
Pauline Aellen, Last Winter Here

Dans le projet Matière morte, Sabrina Friio partage l’écran entre une scène de prise de vue, et un gros plan sur une matière en respiration. Un mannequin est emballé afin d’être protégé du froid, il recouvert de couvertures. Ces photographies appartiennent à la série Protect me. À droite, un mouvement étrange et lent fait vivre la matière.

Sabrina Friio, Matière morte, extrait
2010, installation vidéo, 2 vidéoprojecteurs, 2 hautes parleurs, bande vidéo, 4/3, PAL, couleur, son stéréo, 38’30
Sabrina Friio, Matière morte

Le projet A W A Y de Jean-Noël Pazzi, est une installation vidéo composée d’une visionneuse super 8 et d’une projection numérique et de quatre bocaux. Le concept général est une topographie de deux lieux. Les lieux sont d’abord filmés en super 8, à la première personne, puis le trajet est parcouru une nouvelle fois avec le film développé fixé sous la chaussure. Malgré l’abondance des documents présentés dont des morceaux de neige fondue, la documentation du lieu reste tout de même relative. Ce dispositif est un vase clos d’auto-documentation, qui traite de la surabondance de preuves du réel.

Jean-Noël Pazzi, Away, extrait
Jean-Noël Pazzi, Away, extrait

Le projet Sans titre de Saulo Haruo Ohara comporte un triptyque. Le premier écran montre une vidéo de so grand père agriculteur et photographe décédé récemment de la maladie d’Alzheimer. Le deuxième écran présente des détails de nature ou de corps. On voit sur le troisième écran Tei Muramoto, la grand-mère de l’auteur en train de prier à l’église Tenrikyo. Les trois vidéos sont reliées par l’oeuvre électroacoustique Travessia composée par le frère de l’auteur. Le spectateur est invité à se plonger dans cet univers spirituel, montrant les tensions du temps, du passage de la vie à la mort.

Sans titre Saulo Haruo Ohara, Tei Muramoto, troisième écran

Sans titre de Saulo Haruo Ohara, extrait du premier écran.

Sans titre Saulo Haruo Ohara, dispositif, extrait

Sans titre de Saulo Haruo Ohara, dispositif, extrait

No Kellogg’s Family est une installation à deux écrans accompagné d’une bande son. Shannon Guerrico se penche sur le style photographique de l’album de famille. Elle mutile ces images, évoquant ainsi l’imperfection et la violence de tout système familial; par ce geste, elle recrée étrangement une grande famille de gribouillés.

No Kellogg’s Family, Shannon Guerrico, extrait

No Kellogg’s FamilyShannon Guerrico, extrait

No Kellogg’s Family, Shannon Guerrico, dispositif, extrait

No Kellogg’s FamilyShannon Guerrico, dispositif, extrait

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.